Téléphone

P'r thieu "téléphone" don jh'usons coume daus fous parduts, jh'avons mé d'ine v'rsions. Dan Tintin Charboun Apiloté, jh'teurvons bigophone, mé in thieuquin fazi r'marqué o adoume mé l'argot que l'sintongeais et propouse perdouillette, rappelant qu'o y -at dan thieu machine, anvec de l'imaghination deus ouillettes, donc ine paire.  Pas mal! Pivetea propouse b'rlinour, car thieu machine b'rline souvent.  Feite vout' choix.

Commentaires (2)

BUETAS
  • 1. BUETAS | 11/01/2017
In coumentaire teurvé dan mes archives. jhe cré beun qu'ol é dau Gueurnut:
J’y prenais l’exemple de la “télévision” pour laquelle télébeurdasse est maintenant admis car compréhensible par tous – charentais pur jus ou sympathisants. La boite située au fond de la pièce parle continuellement, c’est aussi l’écran tel un œil unique que l’on voit en entrant. Une beurniebeurdasse serait plus puriste mais difficilement compréhensible. Le compromis entre français et patois était donc nécessaire.
Pour le microphone, l’ouillette est très parlante.
Quant au téléphone l’appeler ouillette, c’est faire une erreur car il s’agit bien de deux objets différents. On y voit deux ouillettes et viens à l’esprit la bidouillette mais le préfixe bi- est peu patois. On parle d’une paire de boeufs. Alors pourquoi pas une perdouillette.
A méditer.
BUETAS Jean Luc
  • 2. BUETAS Jean Luc | 21/01/2016
En fait, quasiment dan teurtoutes les langues utilisan nou' alfabet, o s'dit téléfone ou presque. Mais o y at le "combiné", la sounerie et l'kiavié. Le téléfone ari don ine perdouillette (le combiné), in b'rlinour (le drelin-drelin) et l'kiavié. Aneut o l'é tot' r'groupé dan les aillefone.

Ajouter un commentaire

 
×