Les Voéyaghes d'Albertine enfin pubyiés. Anghez ajhter thieu livre.

  1. Ah, Bounes ghens! Enfin ine boune nouvelle. L'Ajhasse é t-ureuse de vous annoncer que "Les Voyéaghes d'Albertine", livre en saintongheais, vient d'eite pubyié. O faut vous ébougher p'r zou ajheter. Accacher su la riorte http://www.leseditionsdunet.com/buy.php . O y-at ine v'rsion papé et ine v'rsion alectrounique p'r thiellé thi jouqaunt anvec zeu tabiette. Boune lecture. Bijhes.

P'r le monde dau Pey Gabaye, le livre les Voyéaghes d'Albertine é disponib' à Blaye à la Librairie JAUFRE RUDEL, 10 Cours de Lattre de Tassigny. Bintou ine séance de didikace anvec in cot t-à boére. Jhe vous diré la date, m'en doute début jhuillet pendant l'marché. Bihjes!

 

P'rquoè thieu l'e-endret?

Benvenue su' l'e-endret de  l'Ajhasse Désencruchée, Jhournau satirique en jhabraille saintongheaise !

Qu'étau qu-olé thielle afeire? O y avit jà le jhournau papé, qu'olé pas d'l'essujhe-thiu, oub' otou la version pdf. Eh, ben, asteur o y at l'e-endret de l'Ajhasse Désencruchée su' l'e-arantèle, thielle téle d'areugne électrounique. Vouzaut', mes bons Drôles, avient huché ben daus foès pasque vous receviez pas l'jhournau, pas mé les imailles. Fi d'garce, olé pu possibiye coume thieu. O faut dire qu'o vous coute pas in Uro, olé pas chérant la ricouène, olé l'Ajhasse thi paye tot. Albertine a fait teurper ses nurones. O faut in e-endret. Jh't'en répond qu'vous arez tot, l'imaille, le biog et tot l'drigail.

Qu'étau qu'olé in jhournau satirique en gabaille? Olé in pilot d'artic'yes su' l'actualité d'aneut  en jhabraille p'r ricassouner in p'tit et p'r fare viv' nout langue avant qu'o s'parde. Nos veiux bardes sont teurtous bazits, zeu parlanghe anvec euzaut'. Nos jheunes qu'neussant quasiment pu reun dau patoès. Jh'sont pu qu'in p'tit pilot d'albigeois à vouloère qu'o s'oublye pas. Jh'zou parlons moins beun qu'nous ainés naissuts anvec nout' jhabraille en cadeau, mais fasons d'nout' mieux. Jh'aspérons qu'vous nous ajhiderez anvec vos remarques, vos conseils et minme anvec vos pés au thiu.

Ine bise su' vos deus jhotes mes Drôles. 

 

L'Origine

Pour nos visiteurs qui n'auraient pas la chance d'entendre le Saintongeais, cette si belle langue, ce petit article sera en bon français (le Pointu).

L'idée de ce journal est venu après une élection municipale dans le Pays Gabaye. A cette époque, au début des années 2000, lors des élections municipales ou cantonales, paraissait un petit journal satirique nommé l'Andouillette avec pour devise "la politique c'est comme l'andouillette, il faut que ça sente la merde, mais pas trop". Inspirée par l'Andouillette, il nous est apparu intéressant de faire un journal satirique mais qui paraîtrait régulièrement et pas seulement pour les élections, et qui parlerait pas seulement de politique, mais de tout ce qui pourrait se préter à la satire.

A la même époque, naissait le personnage d'Albertine PISSEDRU, inspirée d'Albertine, une marchande de poissons des années cinquante et du début des années soixante venndant sa marée sur une charette à bras et connue pour son franc parler, et c'est presqu'un euphémisme. Ces premiers textes se firent naturellement en gabaye, variété girondine du saintongeais.

Alors patois plus journal satirique, c'était parti. Manquait le titre. Il existait le Canard Enchainé, mais chez nous ce sont plutôt les pies qui volent et qui donnent de la voix. Et pas question d'être enchainée. Pie en patois se dit ajhasse,  et pour se déchainer il fallait qu'elle soit désencruchée.  Ainsi ets née l'Ajahsse Désencruchée.

Carte des régions de langue saintongeaise

Carte saintongeais199683
"Peur mouments, jh' me d'mande bin c' qu'o l'est qui compte le mais peur nous autes, ghens de thieu pays gabaye. Est ' o l'air dau marais, est ' o l'vent d'galarne, est ' o l'sabe nèque, est'o putoûs thieu p'tit vin bian nouviâ… Jh' cré quand minme qu'o l'est putoûs thiel air que jh'avons quaisiment tous, thieuques foés chafouins, in p'tit poètes… Jhe songhe à bin des mouments qui sont à tout jhamais peurdus… Thieu tarza queurvé d'temps me quitte le laisi d'songher à thiellés sérées d'Veurdot. Les veilles égueurniant dau besgagne, mettiant les callofrons d'un bord et, calougnant les paneuillons tout dret dans l'fougher. As'racontiant des histouères (disiant seurtout dau mau dau monde) de quant a l'étiant jhènes, qu'a l'alliant au champ aux ouèilles et que l' louc… Et qu'a s'entraviant dans les châgnons… Louc dau diabe…". In "Les Gabayes qui sont-ils", Maurice Jadouin